• les mines du Nord






    Une chanson qui reflète l'article d'aujourd'hui










    Photobucket
    En traversant le bassin minier
    vous verrez encore des fosses et des chevalets.

    Ces photos ont été prises
    à Dourges, Pas de Calais (62)
     je le signale juste pour les personnes
    habitants la région


    Photobucket
    Pour trouver les origines du charbon, il faut faire un saut en arrière de 200 à 300 millions d'années.
    Nous sommes à la fin de l'ère primaire, à la période dite "carbonifère".
    La Terre est alors semblable à une vaste serre : recouverte de marécages et d'une végétation luxuriante qu'un climat chaud et humide enveloppe.

     Photobucket

    Les bassins houillers du Nord de la France ne connaissent pas d'affleurements.
    Cependant, dans le Hainaut, une légende locale affirme que l'emploi du charbon y fut connu à une époque reculée.

    Photobucket

    La découverte du charbon dans le Nord a nécessité de nombreux sondages et la mise en jeu d'énormes capitaux.
     La première société d'exploitation, celle d'Anzin, a été fondée en 1734.
    Son succès suscita de nombreuses recherches dans le Hainaut, dans les Flandres et en Artois.
     Les États d'Artois suivaient ces recherches
    avec beaucoup d'intérêt.
     Le bois était rare et de plus en plus cher. Des récompenses étaient promises à ceux " qui auraient mis durant les cinq ans une mine de charbon en exploitation dans la province ". Malheureusement, des nombreux sondages entrepris, aucun ne révéla le charbon. A travers plusieurs essais infructueux, rien de sérieux ne sera tenté jusqu'en 1834.


     Photobucket
    En cette année, il se manifeste un engouement général pour les entreprises industrielles et plus particulièrement pour les mines de houille.
     De nouveau, le sol du département est fouillé en tous sens,
     mais toujours sans succès.
    En 1840, les chercheurs, découragés, abandonnent la partie.
    On est pourtant bien près d'aboutir.
    En 1841, on creuse un puits artésien à Oignies ; pas d'eau jaillissante, mais on apprend, vers 1846, que la sonde a rencontré le charbon à la profondeur de 170 mètres. L'année suivante, un administrateur des Mines de Vicoigne constate, lui aussi, la présence du charbon à l'Escarpelle et peut déterminer que la formation carbonifère dévie de 30 à 40 degrés vers le Nord, cause initiale de tant d'insuccès. Sitôt connues,
    ces découvertes provoquent de nouvelles recherches.
    En 1850, le terrain houiller est reconnu de Douai à Lens sur un espace de quinze kilomètres en longueur et huit en largeur. Le Bassin du Pas-de-Calais sera bientôt partagé jusque Fléchinelle entre les diverses sociétés concessionnaires.


    Photobucket

    Le chevalement est un assemblage de madriers et de poutres qui supportent un mur ou une partie de construction.
    Le chevalement est utilisé en réhabilitation de bâtiments, pour reprendre provisoirement les charges de la structure existante dans un autre plan et permettre par la suite une reprise en sous oeuvre de la structure existante.


     Photobucket

    Dans l'industrie minière, c'est aussi la structure qui sert à descendre et remonter les mineurs, ainsi que le minerai, via une cage d'ascenseur.
    Qu'il soit en bois, en métal ou en béton, le chevalement remplit toujours la même fonction: il supporte les molettes par dessus lesquelles passent les câbles d'extraction qui, mus par la machinerie,
    plongent au droit du puits pour retenir la cage.
    Élément essentiel d'une exploitation minière souterraine, le chevalement en est le bâtiment de loin le plus visible et le plus haut avec les terrils et, de fait, le plus symbolique. C'est pourquoi sa fonction va au delà du lien entre
     "le jour" et "le fond": par la diversité de son architecture (aucun chevalement n'étant identique à un autre), il souligne la particularité du paysage minier, mais permet également d'identifier la compagnie minière qui l'a élevé. Dans le nord de la France, les chevalements du bassin houiller étaient parfois désignés par le terme "beffroi", en raison de leur forme rappelant les tours municipales des villes flamandes. En Belgique, on trouve également la dénomination "belle fleur" ou "chassis à molettes", tandis qu'en France le terme chevalet est également employé. Dans le bassin de la Loire on utilise systématiquement le terme chevalement.


    Photobucket

    Au delà de cette diversité, la forme des chevalements revêt néanmoins des formes répétitives, essentiellement en fonction de l'emplacement de la machine d'extraction: lorsque celle-ci est située au sol (dans un bâtiment dédié ou dans le même hall que le chevalement), la tour du chevalet s'élèvera jusqu'au niveau des molettes et s'appuiera sur de forts jambages obliques afin de contrer les forces de traction du câble aussi bien que des cages au sein du puits; lorsque le constructeur choisit de placer la machine au haut du chevalet, ce dernier prendra généralement la forme d'une tour en béton ou en acier (avoisinant les 60 mètres). Les chevalements sont étroitement associés en France à l'extraction du charbon. Malgré la fermeture de la presque totalité des bassins miniers en France (à l'exception notamment des gisements d'ardoise et de sel), de nombreux chevalements ont été conservés et même classés monuments historiques, comme symboles historiques de la Révolution industrielle et du développement économique de régions entières (charbon dans le Nord-Pas-de-Calais, la Moselle, mais aussi potasse dans le département du Haut-Rhin).
    Fin 1990, le dernier charbon remontait du 10 d’Oignies mettant fin à 270 ans d’histoire minière. Les grandes dates de l’histoire ne sont pas toujours, hélas, marquées d’événements heureux. Dans la mémoire des mineurs du Nord-Pas-de-Calais, ce 21 décembre 1990 inspirera à jamais un sentiment de tristesse et de nostalgie. Ce jour-là, en effet, les dernières gaillettes étaient extraites du bassin. La grande aventure commencée 270 ans plus tôt prenait fin. Les mines du nord de la France, qui, à la Libération, allaient être regroupées dans une entité unique, les Houillères du Nord-Pas-de-Calais, avaient été en tête des évolutions techniques et de la production. Les mineurs de la région avaient été aussi à l’avant-garde des luttes sociales. Ce bassin immense, étendu sur une centaine de kilomètres de Valenciennes à Béthune, était le plus riche de France, fournissant, un siècle durant, et jusqu’aux années 1950, les deux tiers de la production française. Pour le profane, penser au charbon c’était aussitôt évoquer le Nord, le plat pays où les terrils remplaçaient les montagnes, où l’alignement monotone des corons
     était le symbole de la révolution industrielle.

     Décembre 2007 : Le décret de dissolution des Charbonnages de France est paru dimanche 23/12/2007 au Journal Officiel. "L'établissement public est dissous le 1er janvier 2008 et mis en liquidation à compter de la même date", est-il écrit. Un liquidateur est nommé pour une période de trois ans, que l'Etat peut prolonger si besoin, précise le texte.

    A leur apogée, les Charbonnages de France, créés en 1946, ont compté jusqu'à 360.000 salariés en 1947 et extrait jusqu'à 58,9 millions de tonnes de charbon en 1958. Les Charbonnages de France ont fermé leur dernière mine en avril 2004, après avoir conclu un "Pacte charbonnier" en 1994, qui garantissait au mineur le maintien de son emploi dans l'entreprise jusqu'à 45 ans, avant d'accéder à une mesure d'âge:
     le congé charbonnier de fin de carrière (CCFC). Le bassin minier est candidat à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO


    Photobucket

    Quelques grandes dates :

    Fosse 11/19 de Loos - en 1882 et 1885 à Liévin : coup de grisou, respectivement 22 et 28 victimes...
    - en 1895 à Montceau les mines , coup de grisou ( 50 victimes )
    - 10 mars 1906 ,la catastrophe de Courrières :
    Plus de soixante km. de veines souterraines de Sallaumines à Billy sont traversées par un incendie meurtrier : 1181 morts et 14 rescapés seulement après 20 jours sous la terre ...
     - au printemps 1906 , s'en suivra une grande grève : dans un climat de guerre civile, Clémenceau envoie la troupe ,
    21.000 soldats en face de 60.000 mineurs.
     le mouvement est brisé par la force et c'est un échec.
     - en 1912 : coup de grisou à La Clarence Divion : ( 79 morts ) - en 1917 : le 16 avril Fosse 9 de Warenghien ( Hersin-Coupigny) :
    coup de grisou ( 42 morts )
    - en 1954, le 20 juin à La Clarence- Divion : coup de grisou, ( 10 morts )
    - en 1955 : un exploit de la télévision révèle à des milliers de Français " :

    LA VIE HÉROÏQUE DES MINEURS DE FOND - Septembre 1959, le général de Gaulle descend dans la mine. Il prononce un discours qui ira droit au cœur des quelque 6 000 mineurs qui l’écoutent sur le carreau du 6 d’Haillicourt dans le Nord-Pas-de-Calais. Peu avant, le chef de l’état était descendu au fond. Cela ne s’était pas vu depuis 1914 et Raymond Poincaré qu’un président de la République prenne la cage étroite du mineur. L’année suivante, le plan signé de son ministre de l’Industrie est une véritable révolution culturelle de la politique charbonnière française.
     La récession a commencé.
     
    Elle aboutira, après quelques soubresauts, au pacte charbonnier de 1994. -En 1963, du 1er mars au lundi 8 avril, les mineurs français sont en grève. Le mineur, qualifié de “premier ouvrier de France” au lendemain de la seconde guerre mondiale, se sentait quinze ans plus tard rejeté d’une économie qu’il avait pourtant largement contribué à relever. Le mouvement surprend par son ampleur. C’est un conflit de trente-huit jours qu’une importante partie de la population soutient en exprimant sa solidarité et en aidant les mineurs par des envois d’argent ou de marchandises. Cette solidarité forte entre un pays et un groupe socio-professionnel mérite vraiment de faire l’objet d’une étude qui, débordant du simple contexte d’un conflit salarial, présente l’intérêt de nous plonger au coeur de la société française des années soixante.

    Aménagement des terrils

    A Noeux-les-Mines, Stade de glisse de Noeux-les-Mines : Inauguration samedi 4 et dimanche 5 novembre 2006
    Les 25 et 26 mai 1996, les deux pistes de ski installées sur le terril 42 étaient inaugurées.
     Pendant 8 ans, ce sont près de 200 000 skieurs qui ont profité de cette installation.
    Victime de son succès, la piste, dont l’état d’usure ne permettait plus la pratique du ski en toute sécurité, a du être fermée pour travaux. 10 ans plus tard, l’inauguration d’un stade de glisse unique en France a eu lieu ce week-end, avec un nouveau revêtement blanc et un stade comprenant un snow parc plus grand que ceux existant en montagne, un half-pipe, des tremplins, un champ de bosses ainsi qu’un parcours plus tranquille pour les skieurs et les débutants qui accueillent désormais tous les amateurs de glisse.
    Au pied de la colline on découvre également le plan d’eau et ses activités voile et ski nautique, ainsi qu’un golf 8 trous.


    Désolé, il y a beaucoup de lecture mais il y a tellement à dire sur les mines de notre région

    un métier tellement difficile
    Malgré mes longs récits,
    j'espère que cette article vous a plu



     
    Photobucket



    N'hésitez pas
       à signer
    mon livre d'or



  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Janvier 2009 à 04:44
    Bravo Corinne, un très bel article, car en effet difficile d'oublier ces gens qui ont donné beaucoup d'eux mêmes, qui ont même donné leur vie et qui pour ceux qui restent, leur santé.
    Bisous
    2
    Dimanche 15 Février 2009 à 18:05
    cerisette
    cela mefait penser aux camps de concentration
    bisous
    cerisette
    3
    Dimanche 15 Février 2009 à 18:35
    MONIKA
    Un article complet et intéressant pour moi qui ne connaissais pas grand chose à L'histoire des mines et des mineurs
    Bravo !
    Bises
    Monika
    4
    Dimanche 15 Février 2009 à 18:58
    marcel
    je ne savais pas qu'il y avait des chevalets a dourges il va falloiur que j'aille y tourner un clip et pourtant je n'habite pas très loin bravo pour ton article qui va faire plaisir a beaucoup de mineurs  a bientôt  Marcel,  
    5
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:01
    Yvon
    Superbe texte.
    Chez moi aussi il subsiste des chassis à mollettes.
    Dans mon village il y avait 4 puits d'extraction dont il ne subsiste que quelques vestiges.
    Des catastrophes il y en a eu aussi chez nous.
    Mon grand-père était d'ailleurs mineur-sauveteur.
    C'est pourquoi chaque année, à la Ste Barbe je lui rends hommage avec une photo sur mon blog : le dernier est "Hommage en sol mineur".
    Merci pour tous les mineurs du Nord et du Hainaut.
    Merci.
    Bisous.
    Yvon.
    6
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:14
    biker06
    Sur tes photos je trouve ces batiments bien joli . La memoire de tous les mineurs. En ont t'ils fait des musées de l'histoire ?
    bisous
    pat
    7
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:16
    Un très beau reportage hommage aux mineurs..... Je pense à Germinal c'est tout ce que je connais de la mine.... Bises
    8
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:27
    Enriqueta
    J'ai visité, il y a quelques années, la mine musée de Loos en Gohelle et j'ai fait l'ascension des terrils proches sur lesquels il y a une faune et une flore incroyable.
    J'ai aussi visité la mine musée de Montceaux-les-mines en Bourgogne , le père de mon compagnon a été mineur pendant quelques années, dans sa jeunesse.
    9
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:42
    MONIQUE

    Bonsoir Corinne, merci de ton passage, beau et intérressant billet sur l'histoire des mines (je n'ai pas tout lu, je reviens demain) de belles photos, un plein de gros bisous, Monique

    10
    Dimanche 15 Février 2009 à 19:53
    chalixanora
    Bonjour,
    Tout d'abord , milles excuses mais le message du Fayet n'est pas fini , ce sera pour jeudi ,j'ai oublié de changer la date en préparant mes pages .
    Ensuite , très, très beau reportage sur les *mines du Nord*,habitant dans le Hainaut belge ,nous n'en avons pas mal .
    Bravo et un grand merci pour tous ces mineurs qui y ont travaillés des années.
    Bisous
    Christiane
    11
    Dimanche 15 Février 2009 à 20:29
    Bisous et bonne soirée
    12
    Dimanche 15 Février 2009 à 20:50
    norbert
    tu nous as fait un article hautement culturel !!  bravo !!
    bonne soirée
    bises
    13
    Dimanche 15 Février 2009 à 21:03
    Bravo pour cet article si complet et si intéressant ! Bisous Corinne et bonne soirée
    14
    Dimanche 15 Février 2009 à 21:17
    patriarch
    Pour avoir travailler souvent dans le Nord et le Pas de Calais, j'en ai vu pas mal de ces endroits !!

    Bonne semaine chez toi. Bises
    15
    Dimanche 15 Février 2009 à 21:32
    aimée
    Très bel article sur ces mines de charbons,qui ont tué tellement de personnes.
    Oui,en Alsace et principalement dand le Haut-Rhin,nous avions les mines de potasse.

    Maintenant,dans le bordelais,nous avons du bon vin......En Alsace aussi d'aillers.

    Bisous à toi.Aimée
    16
    Dimanche 15 Février 2009 à 21:34
    coucou  corinne

    un bien bel article qui  est la mémoire de ces mineurs   qui ont travaillé dur  et qui aimaient leur travail aussi ..

    gros bisouss
    suis bien rentrée
    17
    Dimanche 15 Février 2009 à 21:38
    Bonjour mon amie, un bel exposé sur le théme de la mine, ici en photos tu nous présente les Mines de Dourges avec deux superbes chevalements qui sont les puits 9 et 9 bis du siège Clerc Combez à Oignies qui est en complète rénovation et trés trés beau à visiter.
    Un site magnifique qui ne fait que s'embellir, la fois ou j'y suis allé , ils y avaient des groupes scolaires et ils étaient encadrés par des anciens mineurs qui leurs faisaient connaître le monde de la mine et du trés trés fond, un régal à entendre les enfants poser diverses questions à ces anciens mineurs, je leurs rends hommage ainsi que ceux qui y ont travaillés du dur labeur qu'est le métier de mineur.
    Une pensée pour mon pére,qui lui travaillait à la fosse St Amé du 3 de Lens à Liévin, ou s'est déroulée la catastrophe minière du 27 déc 1974.
    Amitiés ch'tis liévinises , christian de Liévin.
    18
    Dimanche 15 Février 2009 à 22:29
    un bel outil pédagogique que tu nous présentes  là !!
    une belle démarche que d'aborder ce sujet pour ne pas oublier que tous ces mineurs qui au prix de leur vie ont contribuer à la richesse d'un pays .
    bravo à toi pour cet article et cette leçon de vie
    je t'embrasse
    amitiés
    tony
    19
    Dimanche 15 Février 2009 à 22:35
    colette
    TRES interessant ce "reportage" sur les mines et les mineurs du Nord!
    Nous avons habité Anzin à la" Bleuse Borne" ainsi nommé car étant l'endroit où avait été trouvé le premier charbon ...
    Amicalement 
    20
    Dimanche 15 Février 2009 à 23:30
    Je l'ai visitée cette mine, il y a bien longtemps. Douce soirée à toi.                   
    21
    Dimanche 15 Février 2009 à 23:33
    C,est tout un article,je l'ai presque tout lu.Tu habites dans le nord de la France?
    Bonne journée Corinne et amicalement.
    22
    Lundi 16 Février 2009 à 00:00
    chantal74
    Bonsoir tite Corinne, vraiment intéressant ton article cela m'a replongé un peu dans l'histoire du charbon. Les bâtiments sont en parfait état.. Le bassin houiller donnait du travail mais aussi beaucoup de problèmes de santé.. mais c'était une belle aventure... malgré les coups de grisou.
    Merci pour ce billet.
    douce nuit avec de gros bisous
    la marmotte
    23
    Lundi 16 Février 2009 à 00:00
    patur
    Moi qui voulait passé avant d'aller au lit, ça en fait de la lecture tout ça !

    C'est vrai que le charbon est "aboli" depuis pas mal d'années chez nous et on l'oublie souvent. D'ailleurs si ça continue ça reviendra à la mode.

    Bonne nuit !
    24
    Lundi 16 Février 2009 à 00:26
    carole
    beau reportege!
    j'ai fait le tag
    bon lundi
    25
    Lundi 16 Février 2009 à 01:47
    Bonjour de Kelly ,un très bel article,et vraiment un métier difficile,bonne journée. http://eglises.over-blog.fr/
    26
    Lundi 16 Février 2009 à 05:57
    Francoise du Var
    très beau reportage, un bel hommage à ces mineurs et ce dur travail, bisous et bon lundi

    Françoise
    27
    Lundi 16 Février 2009 à 06:15
    Alain
    Bonjour Corinne
    Superbe reportage sur ces mines et le travail pénible de ces hommes, une activité qui a réglé la vie du Nord pendant de nombreuses années et maintenant disparue comme tant d'autres activités ! Ils ont su recyclé ce beau patrimoine !
    Bises du lundi
    Alain
    28
    Lundi 16 Février 2009 à 06:17
    André Bouchaud
    Coucou Corine tu me surprend beaucoup quelle historienne tu fais chapeau et de plus tu as fait des photos géniales de ce qui reste d'un passé qui aura marqué profondément une époque pleines de péripécies et de souffance, en pensant a tous ces malheureux mineurs qui sont restés au fond en laissant des familles bien attristées.Passe une bonne semaine merci pour tes gentilles visites sur le blog je t'embrasse bien fort bissssssssous André
    29
    Lundi 16 Février 2009 à 06:45
    bonjour toi ,
    si tu pouvais mettre une pub pour que les visiteurs veinnent voter ....
    serait-ce une bonne idée ??????
    bises
    tony
    30
    Lundi 16 Février 2009 à 06:46
    viennent (lol)
    31
    Lundi 16 Février 2009 à 06:55
    jeanine et rené

    superbe article chère Corinne; très documenté et attrayant, une veritable épopée, les mines et les mineurs ! combien de souffrances dans ces galeries ! n'oublions jamais le travail des mineurs ! la gloire du Nord Pas de calais ! bonne semaine et grosses bises

    32
    Lundi 16 Février 2009 à 07:44
    Toujours intéressant de s'instruire. Bonne journée
    33
    Lundi 16 Février 2009 à 08:17
    H-Il
    J'ai construit, j'ai déconstruit, j'ai sous-oeuvré, mais je n'ai jamais fait de chevalement.
    BisousDuLundi 
    34
    Lundi 16 Février 2009 à 08:34
    bernard
    Trés intéressant article Corinne. A+
    35
    Lundi 16 Février 2009 à 09:06
    canelle56
    Pour moi mi-bretonne mi charentaise , j'ai appprecie ce reportage car je suis située tres loin de cet univers 
    merci corinne
    bises et bonne journée
    36
    Lundi 16 Février 2009 à 09:11
    Azalaïs
    c'est un bel hommage que tu rends à ce pays minier et à tous ceux qui ont souffert dans cet environnement; Ici aussi il y avait des mines dans le bassin houiller de Carmaux/ Decazeville avec ses rêves et ses révoltes! il y a de très belles chansons en occitan pour parler de leurs condition de vie!
    bises
    on est loin des mouettes!
    37
    Lundi 16 Février 2009 à 09:16
    standley
    Superbe reportage sur cette région que j'affectionne particulièrement Corinne!
    Bonne journée. Bisous
    38
    DD
    Lundi 16 Février 2009 à 09:35
    DD
    dès que j'ai lu le titre de l'article la chanson de Bachelet m'est venue ...
    tu as fait un bel article riche en description et rendant bien hommage à cette profession si difficile dans des conditions tellement pénibles ...
    bises corinne, bonne journée
    39
    Lundi 16 Février 2009 à 09:44
    Titange
    Moi j'ai connu tout çà je suis un ch'ti et il y a encore des vestiges des mines près de chez mes parents !

    C'est toute ma jeunesse !!!
    40
    Lundi 16 Février 2009 à 10:13
    jacques87220
    Bonjour Corinne
    C'est toute une histoire ces mines!! c'est une epoque mais voila!! tout disparait
    Bonne journée et bonne semaine
    Jacques
    41
    Lundi 16 Février 2009 à 10:48
    ROLANDC

    Houille...Quel beau cours sur la mine ! Une difficile mais belle époque pour les mineurs. Mais le monde change.
    Bonne semaine, bisous

    42
    fab
    Lundi 16 Février 2009 à 11:04
    fab

    chez nous en effet il y en a beaucoup dont un site qui est resté mais transformé en parc scientifique cela s'appelle le PASS ! superbe photo ça me fait penser à un pps reçu de ma tite Marithé sur les corons c'était superbe !

    Ah oui hi hi hi j'ai voté pour toi ! même si le choix était difficile je ne pouvais pas faire autrement ... sourire

    43
    Lundi 16 Février 2009 à 11:10
    Coucou ! je viens te souhaiter une belle semaine Corinne, Bisous
    44
    Lundi 16 Février 2009 à 11:11
    poeticluso
    Bel article et un bien bel hommage.
    Bonne semaine Corinne. Bisous.
    45
    Lundi 16 Février 2009 à 11:28
    laurent  - monjourna
    bonjour Corinne,

    article bien intéressant, documenté, en photo
    non, c'est jamais trop long pour apprendre sur une région qui n'est pas la sienne,
    je te souhaite également une bonne journée et une agréable semaine,

    gros bisous
    46
    Lundi 16 Février 2009 à 11:37
    Amanéda
    Bravo pour ce beau reportage très intéressant.
    Je ne connais pas le Nord mais près de chez nous, il y a Saint-Etienne dont il ne reste plus guère que les terrils. Par contre, nous avions un ami, mineur à Lamure, dans l'Isère. Je me souviens très bien quand il descendait encore dans la mine.
    C'est toujours émouvant d'entendre " Les corons".
    Merci pour tout.
    Bisous et bonne semaine
    47
    Lundi 16 Février 2009 à 11:59
    Roger
    Mon grand père ayant travaillé à la mine et décédé de cette maladie des poumons je ne peux que te dire Bravo pour ton article il est complet et ça m'a fait vraiment du bien de relire et de repenser à la vie de mon grand père merci pour ce grand moment et ces jolies photos.  bises amitiés Roger
    48
    TITITE
    Lundi 4 Mars 2013 à 15:18
    TITITE
    J'adore !!!!!!!!!!!! Cette chanson est trop belle très émue de l'entendre sur ton blog
    Des paroles, une histoire....et l'univers des mines
    Que de courage à tous ces braves hommes qui travaillaient dans des conditions très difficiles
    Les jeunes de nos jours devraient prendre de la graine !!!!!!
    Bravo et je ne suis pas déçue de t'avoir rendue visite
    Bisous
    49
    katara
    Lundi 4 Mars 2013 à 15:18
    katara
    Hé bien dis donc Corinne, quel article ! Bravo, on apprend plein de choses et les photos et la musique sont super. bonne journée à toi. bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :